La résurgence de la source de la Petite Saussaie à Vitry-sur-Seine

Crédit : Sylvain Lefeuvre

A la fin du mois de juin 2021, Vitry-sur-Seine, la plus grande ville du Val-de-Marne, redécouvrira la source de la Petite Saussaie, une source oubliée mais néanmoins importante pour l'histoire de la ville. Ce retour de l’eau à ciel ouvert lie l’héritage agricole de la ville au besoin de restauration de la biodiversité dans un espace urbanisé.

Réhabiliter un patrimoine devenu invisible  

Elsa Cortesse, cheffe du service des études de voirie de Vitry-sur-Seine, retrace le passé hydrique de la ville : “Vitry était autrefois une ville irriguée par de nombreuses sources utilisées par les habitants comme lavoirs, abreuvoirs, ou fontaines. Toutes les sources découlant du plateau de Vitry ont été, dans les années 70, canalisées, renvoyées dans des tuyaux pour rejoindre les réseaux d’assainissement.”

Le patrimoine agricole et naturel de la ville a marqué sa toponymie et notamment le nom de la source de la Petite Saussaie, connue depuis le Moyen-Âge. Elle tire son nom de la “petite saulaie” de l’existence de saules friands de la proximité de l’eau. C’est pour restaurer le lien entre le patrimoine hydrique et le patrimoine agricole que la ville a souhaité faire réapparaître cette source, canalisée sous terre pendant près de cinquante ans.

Le retour de l’eau au cœur de la ville  

Cette source réapparaît aujourd’hui aux abords du parc des Lilas situé au sud de la ville. C’est le fruit d’un travail paysager et d’une réflexion sur la trame verte et bleue de la ville :  la source vient désormais alimenter la mare du parc Joliot-Curie situé au nord-est, requalifier une place en plein cœur de la ville avec une fontaine et favoriser l’épanouissement de la biodiversité. Oiseaux et libellules reviennent désormais peupler les 800 mètres jouxtant la source de la Petite Saussaie et les Vitriots pourront accéder à l’ensemble des espaces d’ici la fin du mois de juin.

Le Fonds européen de développement régional en faveur de la biodiversité  

Ce projet de retour à la biodiversité est cofinancé à hauteur de 735 690 euros par le Fonds européen de développement régional dans le cadre de l’investissement territorial intégré porté par le territoire Grand-Orly-Seine-Bièvre, soit près de 50 % du coût total du projet.